VOIR TOUS LES REPORTAGES
Reportage Nouvelle-Calédonie

A la rencontre des mammifères marins de Nouvelle-Calédonie

Publié le 14/04/2022

Rassemblement de Dugongs © Martial Dosdane

Rassemblement de Dugongs © Martial Dosdane

La Nouvelle-Calédonie abrite une biodiversité remarquable en mammifères marins, dont plusieurs espèces présentent une valeur patrimoniale forte pour les populations océaniennes. Si la plupart fréquentent les eaux du large, quelques-unes s’observent également dans les lagons. Depuis plus de 20 ans, l’association Opération Cétacés et une équipe de l’Institut de recherche et développement (IRD) étudient cette grande faune marine. Elles nous présentent ici quelques représentants de la trentaine d’espèces recensée dans les eaux de l’archipel.

© Magali Boussion

© Magali Boussion

« Appelé Dugong (Dugong dugon) ou vache marine, ce paisible animal de l’ordre des Siréniens se nourrit principalement sur les herbiers de plantes marines, les phanérogames. Limitée à quelques centaines d’individus, la population de dugongs de Nouvelle-Calédonie est pourtant l’une des plus importante au monde. Chassée par le passé, notamment pour des cérémonies coutumières kanak, l’espèce est maintenant protégée. Elle est fortement menacée par les activités anthropiques qui dégradent les habitats côtiers. »

© Martial Dosdane

© Martial Dosdane

« En saison fraîche, des rassemblements de dugongs comptant plusieurs dizaines d’individus sont régulièrement observés à l’extérieur du récif barrière qui entoure la Grande Terre. La raison de ces rassemblements fait l’objet de plusieurs hypothèses : il est possible que cela soit dû au comportement de thermorégulation de ces animaux, qui préfèrent les eaux océaniques plus chaudes que celles du lagon à cette période, ou que ces regroupements leurs permettent de se protéger des prédateurs (principalement le Requin tigre (Galeocerdo cuvier)) en naviguant à l’extérieur du récif barrière pour se déplacer d’une zone lagonaire à une autre. »

© Magaly Chambellant - Opération Cétacés

© Magaly Chambellant - Opération Cétacés

« La migration de la Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) rythme le calendrier kanak ; son arrivée indique qu’il est temps de préparer les champs où sera planté l’igname, ce tubercule important dans la tradition locale. D’abord étudiée dans le lagon sud de la Nouvelle-Calédonie, cette espèce a montré qu’elle pouvait également apprécier les eaux du large : le déploiement de balises satellitaires et les campagnes en mer des scientifiques ont mis en évidence des regroupements de baleines autour de certains monts sous-marins peu profonds du Parc naturel de la mer de Corail. »

© Yohann Djerahian

© Yohann Djerahian

« En Nouvelle-Calédonie, la Baleine à bosse fait l’objet d’un suivi scientifique depuis plus de 25 ans. Des photographies et des biopsies (prélèvements de tissus à l’aide d’une arbalète) sont collectées depuis des embarcations légères qui permettent d’approcher les baleines à bosse en mer à une dizaine de mètres. Plus de 1 700 individus différents ont ainsi fait l’objet d’un suivi individualisé au cours des dernières décennies afin de suivre leur histoire de vie et de mieux comprendre l’évolution de la population. »

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

« On pense souvent, à tort, que la Baleine à bosse est le seul rorqual à visiter les eaux de Nouvelle-Calédonie. En réalité, huit espèces de rorquals y sont recensées ! Le Petit Rorqual pygmée (Balaenoptera acutorostrata subspecies) est la plus petite espèce. Il fait partie des rares cétacés fréquentant les lagons. Discret et rapide, il n’est pas toujours facile à observer. On connait peu de choses sur sa distribution en Nouvelle-Calédonie, mais l’observation de jeunes animaux laisse supposer qu’il s’y reproduit. »

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

« Le Grand Dauphin de l’Indo-Pacifique (Tursiops aduncus) se rencontre essentiellement à l’intérieur des lagons de la Grande-Terre, où six populations distinctes ont été identifiées grâce aux techniques photographiques et génétiques. Vivant proche des côtes, ce dauphin est particulièrement exposé aux activités humaines telles que la pêche et le trafic maritime. Nombreux sont les individus qui portent sur leur nageoire dorsale les marques de rencontres malencontreuses avec des bateaux ou des filets de pêche. »

© Marc Oremus - Opération Cétacés

© Marc Oremus - Opération Cétacés

« Facilement reconnaissable à son long bec et à ses sauts en vrille, le Dauphin à long bec (Stenella longirostris) vient se reposer dans les lagons sur les fonds blancs d’arrière récif pendant la journée, après s’être alimenté au large de poissons et de céphalopodes océaniques durant la nuit. »

© Marc Oremus - Opération Cétacés

© Marc Oremus - Opération Cétacés

« Le Cachalot (Physeter macrocephalus) est présent toute l’année en Nouvelle-Calédonie, avec un pic saisonnier au mois d’octobre. Ce grand plongeur vit dans les eaux profondes du large, notamment sur les pentes à l’extérieur des récifs barrières de la Grande Terre. En Nouvelle-Calédonie, les échouages de cachalot sont relativement nombreux et concernent essentiellement des animaux solitaires. Les autopsies menées sur les carcasses peuvent parfois permettre de déterminer la cause de leur mort : anthropique (collision, prise dans un dispositif concentrateur de poisson artisanal) mais également naturelle, plus difficile à identifier sans examen approfondi (maladies, vieillesse, etc.). »

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

« Le Globicéphale tropical (Globicephala macrorhynchus) est présent toute l’année dans les eaux du Parc naturel de la mer de Corail. On le reconnaît à sa couleur noire et son front proéminent en forme de bulbe. Les mâles adultes sont facilement identifiables à leur large et imposante nageoire dorsale. A ce jour, aucune population résidente n’a été identifiée car aucun individu n’a été observé à plusieurs occasions à travers les années. Du fait du fort lien social qui unit les individus d’un même groupe, les globicéphales tropicaux sont souvent sujets aux échouages en masse. »

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

« La Fausse-orque (Pseudorca crassidens) peut être rencontrée dans les eaux du Parc naturel de la mer de Corail mais également dans le lagon sud de Nouvelle-Calédonie, en groupes de 10 à 20 individus. Ces petits groupes peuvent également se rassembler pour former de grands groupes de plusieurs centaines d’animaux. La Fausse-orque vient volontiers à la rencontre des bateaux pour surfer la vague d’étrave et peut être accompagnée d’autres espèces de dauphins. »

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

« Les rares observations du Dauphin tacheté pantropical (Stenella attenuata) ont été faites dans le chenal des îles Loyauté ou à Lifou. Comme le Dauphin à long bec auquel il ressemble, le Dauphin tacheté pantropical est très acrobatique en surface. Il semble avoir une préférence pour les eaux du large mais peut également être observé près des côtes lorsque les eaux proches du rivage sont profondes. »

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

« Le Grand Dauphin commun (Tursiops truncatus) est présent en Nouvelle-Calédonie tout au long de l’année, mais il n’est jamais rencontré à l’intérieur des lagons. Joueurs, les individus viennent fréquemment surfer à l’étrave des navires et forment généralement de petits groupes d’une quinzaine d’individus. L’existence de populations résidentes a récemment été mise en évidence au sein du Parc naturel de la mer de Corail, notamment aux alentours des monts sous-marins peu profonds. »

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

© Claire Garrigue - Opération Cétacés

« Découvert en 2003, le Rorqual de Omura (Balaenoptera omurai) reste peu connu à l’échelle mondiale, à l’exception de Madagascar où il a fait l’objet d’études. Rarement observé, il semble cependant être présent toute l’année en Nouvelle-Calédonie. La rencontre de jeunes individus suggère que cet animal discret se reproduit dans les eaux de l’archipel. »

Pour en savoir plus sur les mammifères marins de Nouvelle-Calédonie, consultez le site d'Opération Cétacés et suivez leurs actualités sur Facebook ; sur la biodiversité de Nouvelle-Calédonie, consultez la page portrait du territoire.

Image{imageId=2765, alt='Raphaël Gailhac - OFB ', multiSize=false} Element{id=71736, type=IMAGE, key='presentation.image'}
Reportage photo suivant

Sur le terrain avec les agents de l’Office français de la biodiversité en Guyane