Dustan Woodhouse/Unsplash

Je ne jette pas mes déchets dans la nature

Mégots, sacs plastiques, piles, canettes, vieux filets de pêche, carcasses de voitures… Sur terre comme en mer, tous ces déchets abandonnés dégradent les écosystèmes !

Sur terre et en mer

Dustan Woodhouse/Unsplash Dustan Woodhouse/Unsplash

Comprendre l'écogeste

Certains déchets libèrent des substances toxiques lorsqu’ils se décomposent, ils dégraderont peu à peu les milieux naturels et pollueront durablement les sols, d’autres seront de véritables pièges pour la faune sauvage par ingestion ou enchevêtrement, causant des dommages à de nombreuses espèces (occlusions, fausse satiété, blessures, amputations, noyades…). Les mégots et les morceaux de verre peuvent également être responsables de départs d’incendies qui détruirons les habitats et leurs occupants. De plus, les décharges sauvages représentent souvent de parfaits gîtes à moustiques et peuvent donc favoriser la transmission de maladies (dengue, chikungunya, zika).

Avec la pandémie du Covid-19, l'utilisation de masques à usages unique a considérablement augmenté. Fabriqués à partir de polypropylène, un plastique résistant, on estime qu'il leur faut 400 ans pour se dégrader dans l'océan, en engendrant de tout petits fragments appelés microplastiques, qui polluent durablement les écosystèmes.

Les bio-plastiques, une bonne idée ? Attention au greenwashing ! Sous ce terme se trouvent des produits composés, parfois seulement en partie, de matières d'origine végétale (amidon de pomme de terre ou de maïs, canne à sucre, glucose dérivé de l'amidon ou encore huile végétale). Souvent vantés comme "biodégradables", la plupart ne sont en réalité compostables qu'en condition industrielles. Jetés dans la nature, ils ne se dégradent pas !

Pour éviter d'impacter durablement les milieux, prenons le temps de jeter correctement nos déchets.

A l’échelle mondiale, on estime que 8 millions de tonnes de plastique finissent chaque année dans les océans ! Et un mégot peut polluer à lui seul 500 litres d’eau.

agir

25 %

des mangroves nationales font l’objet de mesures de conservation

en savoir plus
Palétuviers, baie de Grand Cul-de-Sac marin, Guadeloupe © Gaëlle Vandersarren

Palétuviers, baie de Grand Cul-de-Sac marin, Guadeloupe © Gaëlle Vandersarren

Pour que mes déchets n’impactent pas les milieux

  • Poubelles

    Je ne jette jamais mes déchets dans la nature. Si il n’y a pas de poubelles à proximité, je les conserve avec moi en attendant.

  • Cigarette

    Si je suis fumeur, je ne jette jamais mon mégot dans la nature. Je peux acheter ou fabriquer un cendrier de poche à garder avec moi.

  • Tri

    Je me renseigne sur le système de tri de mon territoire et je le respecte. Certains déchets nécessitent des traitements particuliers et ne doivent surtout pas être jetés avec les ordures ménagères (médicaments, électronique, etc.).

action

Agir pour la biodiversité

Envie d’agir ? Signalez vos observations depuis votre smartphone ou participez à un programme de sciences participatives !

La Tortue de Floride, l'une des espèces les plus envahissantes du monde © Amy Baugess
écogeste suivant

Je protège les milieux contre l’introduction d’espèces exotiques envahissantes