29 %

des récifs coralliens sont en diminution dans les territoires d'outre-mer

écosystèmes marins & littoraux

Récif corallien, Parc naturel marin de Mayotte © Marine Dekenen / OFB

Récif corallien, Parc naturel marin de Mayotte © Marine Dekenen / OFB

Source des données

Le corail, constructeur du récif

Les récifs coralliens sont formés par des colonies de coraux, constitués de polypes (petits organismes invertébrés de la même famille que les méduses) sécrétant un squelette calcaire, et vivant en symbiose avec des algues unicellulaires, les zooxanthelles, qui leur apportent des nutriments grâce à la photosynthèse. Poissons, crustacés, mollusques, concombres de mer, éponges... les récifs coralliens sont des écosystèmes extrêmement riches en biodiversité, ils représentent une zone de nourrissage, de refuge et de nurserie pour des milliers d'espèces marines.

10 % des récifs coralliens mondiaux sont situés dans les territoires d’outre-mer français, la France a donc une responsabilité importante à l’échelle mondiale sur la conservation des récifs coralliens.

comprendre
 Le stress provoque le blanchissement des coraux (ici à Mayotte) © Marine Dedeken / OFB

Le stress provoque le blanchissement des coraux (ici à Mayotte) © Marine Dedeken / OFB

Un état de santé hétérogène selon les territoires

Cet indicateur présente l’évolution du recouvrement en corail vivant sur des stations réparties dans les différents territoires d’outre-mer. La situation est en réalité très hétérogène selon les collectivités : les récifs sont ainsi très dégradés en Martinique et Guadeloupe, mais beaucoup moins à Wallis-et-Futuna ou Mayotte. La situation est considérée comme stable pour 60 % des stations étudiées.

Cet indicateur a cependant des limites, par exemple, le nombre de stations évaluées reste faible : on compte 82 stations évaluées sur plus de 600 existantes. De plus, il se base uniquement sur le caractère vivant du corail, mais pas sur les espèces de coraux présentes, ni les communautés associées (poissons, invertébrés). Des analyses plus complètes et plus fines sont nécessaires afin de bien comprendre l’évolution de l’état de santé des récifs coralliens.

corail

Les coraux en danger

Les coraux sont des organismes très fragiles : lorsqu’ils sont soumis à un stress, les polypes expulsent leurs algues, ce qui provoque le blanchissement du corail et finit par entrainer sa mort si cette situation est prolongée. De nombreuses menaces pèsent sur les récifs coralliens : le changement climatique provoque l’augmentation de la température et l'acidification de l’eau, qui soumettent les coraux à un stress important. Les polluants issus des activités humaines, certaines techniques de pêche ou encore les activités touristiques ont également un lourd impact sur les récifs. Ces facteurs se conjuguent aux évènements naturels (cyclones, consommation massive par l’étoile de mer Acanthaster planci) et aggravent leurs effets.

Les coraux sont également très sensibles aux maladies, comme la maladie de la bande blanche ou la récente maladie corallienne liée à la perte de tissus (SCTLD), identifiée pour la première fois en Floride en 2014 et observée en Guadeloupe en 2020.

L’IFRECOR, une initiative pour préserver les récifs

Créée en 1999, l’Initiative française pour les récifs coralliens (IFRECOR) agit pour la protection et la gestion durable des récifs coralliens, des herbiers et des mangroves dans les collectivités françaises d’outre-mer. Chaque collectivité abritant ces écosystèmes possède un comité local rassemblant les acteurs concernés par leur protection et leur gestion durable. L’initiative collective porte un plan d'action sur 5 ans qui couvre 6 axes stratégiques : planifier pour prévenir ; réduire les effets négatifs dus aux activités humaines, tout en assurant leur développement durable ; connaître et comprendre pour gérer ; informer et éduquer pour modifier les comportements ; développer les échanges et la coopération pour renforcer les synergies et valoriser les expériences.

Déclinaison française de l’Initiative internationale pour les récifs coralliens (ICRI), l’IFRECOR représente les territoires français au niveau international. Elle est présidée par les ministres de la transition écologique et des outre-mer, dont les services assurent le secrétariat.

L’indicateur par territoire

Pourcentage de surface des récifs coralliens en diminution

Aucune donnée

Saint-Pierre-et-Miquelon

60 %

Guadeloupe

50 %

Martinique

Aucune donnée

Saint-Barthélemy

33 %

Saint-Martin

Aucune donnée

Guyane

19 %

Nouvelle-Calédonie

40 %

Polynésie française

25 %

Wallis-et-Futuna

21 %

La Réunion

30 %

Mayotte

Aucune donnée

Îles Éparses

Aucune donnée

Terres australes françaises

Aucune donnée

Terre Adélie

Aucune donnée

Clipperton

Comment préserver les coraux à mon échelle ?

écogestes
Poisson-lion (*Pterois volitans*) © Fabien Lefebvre
indicateur suivant

60

espèces sur les 100 considérées comme les plus envahissantes au monde se trouvent en outre-mer